Logo d'ACF Nimes Les ARTS et les artistes


" VOICI L'HOMME..."



Noir brossé de Soulages



Visite du Musée Fabre rénové à Montpellier





En juin 2007, l'équipe ACF de Nimes a visité le Musée Fabre rénové, à Montpellier.
Après un temps personnel de libre divagation dans l'ensemble du musée,
nous nous sommes retrouvés autour de deux œuvres phares
sous la houlette d'un ancien professeur d'histoire de l'art :
Les Baigneuses de Gustave Courbet,
et les noirs brossés de Pierre Soulages.
En donnant ici un écho de notre découverte,
nous souhaiterions aiguiser la curiosité de nos lecteurs
et les inciter à découvrir par eux-mêmes ce magnifique musée de province…
si ce n'est déjà fait !



  Sur l'architecture et sur l'ensemble du musée
Nous nous sommes découverts… contemporains de ‘notre’ art !

° On peut marier l'ancien et le nouveau…
° Notre œil contemporain est à l'aise dans ce musée ; il nous paraît simple.
Pourtant l'architecte a travaillé à partir de Buren (passages, couloirs, escaliers, portes…) ;
et comme chaque fois, il a écrit un gros livre qui détaille toute sa démarche.

° Quand on arpente le musée, à la longue les siècles précédants saturent ;
on aspire à du moderne, avec lequel on est plus à l'aise.

° On voit les ruptures en traversant les salles,
notre "guide" nous les a soulignées à partir de textes des artistes eux-mêmes ;
cela fait apparaître une histoire.
On voit que notre temps est différent des autres.


  Sur Courbet

Les Baigneuses de Courbet

  Je ne connaissais pas Courbet et je ne comprenais pas pourquoi il était révolutionnaire.
En fait, ce qu'il a fait n'existait pas avant :
il a peint la vie ordinaire de gens ordinaires, et sans l'idéaliser.
Il l'a peinte avec un langage pictural qui fait sentir la lourdeur, la pesanteur de la vie.
C'est une peinture qui rompt avec une époque révolue et qui annonce la démocratie moderne.
Il était mal vu… mais l'avenir lui a donné raison.


  Sur les noirs brossés de Soulages

° On peut discourir sur Courbet, ou même sur Mondrian, mais pas sur Soulages.
Il n'y a plus aucun sujet ni aucun repère.
Ses noirs brossés disent une vie sans repères… mais pas sans lumières.

Aujourd'hui, les Églises ne devraient-elles pas
aider à voir, dans notre monde si dur,
des lumières qui incitent à créer,
plutôt que de d'énoncer des règles ?


° Ces "noirs" sont des tableaux-sculptures ; en reproduction photo, ils ne disent plus grand chose.
Il faut aller les "voir".
Cela nous semble avoir du sens par rapport à une mondialisation
où l'on reproduit tout à la chaîne.
Là, c'est du singulier.
L'émotion devant l'œuvre est autre chose.


  En vrac…

° J'ai été très intéressé par les petites classes
où on initie les petits à la peinture de façon très simple.


° Dans notre société, les artistes qui percent sont ceux
qui ont de gros moyens matériels (l'argent…)
et qui sont artistes.
Il faut les deux ; c'est bien notre époque.
Et c'est un autre rapport à l'œuvre.




N.B._ Adresse du site du Musée Fabre.




Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur