Logo d'ACF Nimes Les ARTS et les artistes


" VOICI L'HOMME..."



Mélanie



Rencontre avec Mélanie BIDE





Une vie comme une œuvre d'art

Connaître et protéger la nature


Ce double titre pourrait résumer la démarche foisonnante de Mélanie Bide…
Mélanie a reçu l'équipe "Arts-Cultures-Foi" de Nîmes dans son Atelier,
au rez-de-chaussée d'une maison d'un vieux quartier de Nîmes.
Nous avons eu un long échange avec elle.
Très naturelle, elle ne se met pas de barrières inutiles.
Elle vit ce qu'elle dit.
Elle est la même partout, en toutes circonstances.
Elle prend la vie comme elle vient, et fait avec.
Quant à ses œuvres, elle se dit : "J'ai fait ça", et ne se pose pas de questions.
Piqués sur le vif, voici une suite de portraits de Mélanie…
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est très expressive !
Alors... sourions un peu !

Mélanie..... Mélanie..... Mélanie


Mélanie..... Mélanie..... Mélanie


Mélanie
N'est-ce pas, Mélanie ?!...

Jouxtant celui d'une céramiste, son atelier : "L'Atelier Pénélope"
Mélanie
- tel est son nom -,
n'est pas l'atelier de peinture de Mélanie,
celui où elle se retire chaque semaine, pendant 2 ou 3 jours,
dans la solitude et le silence, pour son travail personnel d'artiste.
C'est l'endroit où elle reçoit toute personne, quel que soit son âge,
désireuse de mettre en œuvre sa créativité, de la stimuler, de la nourrir.
Ce qui frappe en entrant, ce sont les nombreuses étagères, le long des murs,
sur lesquelles sont rangées une multitude de boîtes qui, nous l'apprendrons plus tard,
renferment tout le matériel nécessaire à une activité artistique :
dessin, peinture, gravure, collage…
mais aussi mille trésors recueillis au fil des jours ayant trait à la nature.

Mélanie

Mélanie..... Mélanie

Deux pôles d'activité dans cet atelier, l'Art et la Nature.
C 'est en fait la même démarche :
éveiller la curiosité pour le vivant,
l'aimer, l'approcher par la vue, l'esprit, mais aussi par les mains.
Mélanie pratique des ateliers de « Découverte de la Nature  » dans un collège de la ville,
comme elle l'a fait auparavant à la Maison d'Arrêt de Nîmes.
Cet atelier est reconnu par l'Education Nationale.
Il est né de la lecture, depuis de nombreuses années, de la revue naturaliste «  La Hulotte  ».
Dans l'atelier, en bonne place, « trône » un outil très utilisé :
une grande presse à imprimer les dessins que les enfants de tous âges gravent sur des plaques de linoléum…
Au sol de grands cartons protègent le carrelage et servent éventuellement de support à des dessins.

Très vite se pose la question :
_ Mélanie qu'est-ce qui t'a amenée à quitter ton Angleterre natale pour vivre à Nîmes ?
_ J'étais une enfant, à la campagne, dans le sud-ouest de l'Angleterre, entourée de vaches et de pommiers.
J'étais une enfant pénible qui dessinait tout le temps.
On m'a orientée vers l'art : on me disait que tout était possible... Finalement, non !
On s'est beaucoup battu pour garder notre école d'art.
Et quand on a arrêté de se battre, l'école a fermé pour devenir une école de coiffure.
J'ai fait mes études à Brighton qui est une ville artistique au bord de la mer,
où l'on trouve beaucoup de musiciens.
L'école était très classique.
On faisait de la peinture et de la gravure, un peu de vidéo et des installations.
J'ai eu une bourse pour faire ces études ;
en plus, la nuit, je travaillais chez un boulanger
et le matin, au port, j'accueillais les marins qui se renseignaient sur la météo marine.
J'ai eu mon diplôme universitaire à 20 ans, en 1988.

Mon père jouait de la clarinette, du saxophone et de la contrebasse.
C'était un homme mystérieux.
Il a quitté la famille, puis il est revenu avec un grand goût pour la vie.
J'avais 9 ans.
Mon père n'a plus fait que de la musique, avec tout le monde et en toutes circonstances.
Moi, j'ai appris le piano et le xylophone.
Pendant un temps, j'ai joué avec un petit groupe de musiciens.
Maintenant je joue du clavier électronique avec un copain qui me ressemble.
Ma mère était une femme discrète, déprimée.
Elle répétait que j'allais devenir comme Van Gogh.

Lorsque j'ai eu mon diplôme, à Brighton, je souhaitais rester étudiante.
Je cherchais une suite.
J'ai décidé que j'irais là où on m'accorderait une bourse.
« Grâce » à un accident de moto, j'avais un peu d'argent de côté.
J'ai écrit à toutes les écoles de France.
J'ai eu 89 réponses dont une de Nîmes, écrite à la main, du directeur de l'École des Beaux-arts : Mr Clément.
Il m'a demandé de venir le voir, ce que j'ai fait, et je lui ai dit que je voulais faire une maîtrise.
« Nous n'avons pas cela, a-t-il dit, mais pour toi, Mélanie, je vais le faire ».
C'est ainsi que je me suis fixée à Nîmes et que j'ai habité aussi une maison dans les Cévennes.
J'ai commencé à travailler à l'Artothèque de Nîmes, puis avec les détenus de la Maison d'Arrêt.
Ensuite, j'ai pu ouvrir "l'Atelier Pénélope",
conçu spécialement pour que les enfants découvrent l'expression artistique...

Mélanie.......................................................................................................

........................................................................................................Mélanie

... et j'y ai ajouté ceux qui voulaient l'apprentissage de l'anglais.

Je suis quelqu'un qui réfléchit beaucoup.
Je finis par faire trop de choses. Alors je fais des choix.
J'ai des choses à faire. Je sais que ça va suivre.
Je fais confiance. Je suis connectée avec plein de choses. J'utilise tout ça.
J'attends. Je laisse venir.
Je m'active et petit à petit tout se met en place.
Je suis une artiste. Le travail de peintre c'est difficile. Je m'écoute…
Je continue avec toutes mes contradictions.
Je crois en la créativité.
Je me suis adaptée quand j'ai eu les enfants ; j'ai fait comme eux.
Je suis très observatrice.
J'ai beaucoup appris quand j'ai travaillé en prison.
Dernièrement j'ai vu une expo de Miró à Bruxelles ; je me suis remplie de tout ce que j'ai vu.
C'était au bon moment et au bon endroit.
Et puis il y a la nature. Nous faisons partie de la nature.
Les êtres vivants sont là.

Mélanie

Mélanie

Mélanie....... Mélanie

Je m'intéresse et je montre que je m'y intéresse.
Je suis authentique dans cette prise de conscience.
Je suis sincère. J'aime faire ça.

J'aime la complexité, que ce soit à la peinture ou à la gravure :
il y a des schémas, des réserves, des superpositions que je commence à peindre, des taches. J'élimine.

Mélanie

Mélanie........ Mélanie

Mélanie

Mélanie......... Mélanie

J'ai pu exposer au Musée Pierre-André. Benoit à Alès.

La peinture n'est pas la seule expression de Mélanie.
Elle fait beaucoup de gravure, elle a réalisé nombre de livres d'artistes avec des poètes.
Créer des œuvres d'art, faire, c'est pour elle un besoin.
On dirait un petit oiseau qui va en tous sens…
mais elle a des « fils » [où se poser ! ] partout.
Serez-vous étonnés qu'elle ait un béguin pour le vélo ?

Mélanie

Merci pour ces beaux moments, Mélanie.

L'équipe ACF de Nîmes

 



Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur