Logo d'ACF Nimes Les ARTS et les artistes


" VOICI L'HOMME..."

 

 



 

Michèle SUQUET

Sculpteur céramiste
Jeudi 5 Octobre 2017

 

 

Michèle Suquet

 

Michèle Suquet............................. Michèle Suquet

 

Michèle Suquet

Le mercredi 17 janvier 2018,
l'équipe ACF-Nîmes a rencontré Michèle SUQUET,
chez elle, dans la périphérie de Nîmes, où elle a aussi son atelier.

Nous avons beaucoup apprécié son accueil, tout en simplicité et douceur,
un peu comme ses sculptures, sobres aux formes douces pour la plupart.
Bref, nous avons passé un moment aussi agréable qu'intéressant.


Michèle Suquet


Michèle habite dans la garrigue nîmoise une jolie petite maison avec jardin.
Dans le jardin des sculptures céramiques posées à même le sol, dans l’herbe, rythment l’espace.
Elles sont là, comme de gros cailloux aux formes arrondies, dans les tons de beige, gris, blancs.

Michèle Suquet

Et puis au pied d’un cyprès, à moitié enfouie dans la verdure,
une forme allongée, un corps aux proportions improbables et pourtant harmonieuses,
tête minuscule, fragile, lovée, cachée au cœur de membres immenses, toute en rondeur.
L’ensemble tellement féminin !

Michèle Suquet.............. Michèle Suquet


Michèle nous accueille d’abord dans son atelier extérieur, lieu de recherche… en été ! MG…91

Michèle Suquet

Là se fait la cuisson au gaz dans deux fours cylindriques soigneusement isolés.
Ils servent pour les cuissons rapides des sculptures (2 ou 3h maximum) à basse et moyenne température  (entre 960° et 1100 °).
"Le raku en est une modalité que j'ai longtemps pratiquée."


Michèle Suquet

Elle utilise ces fours pour le Raku, céramique enfumée, noire, grise, avec craquelures…

Michèle Suquet

Que ce travail de sculpteur céramiste est étonnant !
Comment maîtriser une technique qui n’en finit pas de s’enrichir…
Comment concilier méthode rigoureuse et spontanéité ?

Ensuite nous nous rendons dans son atelier clos, très éclairé,
avec grandes tables et étagères pour ranger tout ce qui est nécessaire à la réalisation de l’œuvre.

Michèle Suquet

D’abord les terres, les argiles rouges, noires, blanches, plus ou moins riches en minerais divers, pigments, poudres d’émaillage…

Michèle Suquet

Puis les instruments, en bois ou en métal pour travailler la terre, fil à beurre pour couper le pain d’argile.

Michèle Suquet

Bien rangées, il y a les pièces en train de sécher en attente d’une première cuisson (le biscuit),
puis d’une seconde à des températures différentes selon la qualité de la terre et l’effet recherché.
A part, dans une petite pièce, les fours électriques.
Ils lui servent pour son travail en cours (Stèles / Galets ) :
des pièces qui, pour voir se réaliser leur transformation,
doivent subir une cuisson longue (10 à 12 h)
et monter jusqu' à haute température (1280°) dans un four électrique.
En ce moment, ils ne chauffent pas régulièrement et suffisamment pour permettre la cuisson recherchée.
Électricien et employés d’EDF n’arrivent pas à s’entendre sur la cause !...
Les pièces terminées, elles aussi, sont précieusement rangées.
Sous les étagères, sur la mezzanine, des œuvres emballées en attente d’exposition.
Sur une table les recherches, échantillons recouverts de poudres de couleurs différentes,
prêts pour la cuisson, pour quelle alchimie ?
Travail plus méthodique auquel Michèle essaie de s’astreindre.

Michèle Suquet ......... Michèle Suquet

Michèle nous explique les différentes étapes de la création d’une œuvre en céramique,
les imprévus, les accidents, l’épreuve du feu…
Terre et feu, éléments fascinants des origines du monde
qui propulsent le céramiste dans l’univers en communion avec tous les éléments. Michèle travaille par séries.
L'une d'elle porte ce nom étrange, quelque peu mystérieux : Stèles de mémorisation non-narratives

Michèle Suquet


L’an dernier traversant une période difficile, à la recherche d'un peu de légèreté,
elle se tourne vers la contemplation du ciel traversé de nuages,
masses blanches, grises, bleutées, suspendues, toujours se déformant, s’allongeant, formes surprenantes,
qui ne sont pas sans rappeler le corps de la femme dans l’herbe.

Michèle Suquet

Les séries se suivent, nuages, stèles, têtes ("J’en fais une de temps en temps quand j’en ai besoin").
Pas de dessin préalable, d’idée arrêtée sur l’œuvre à venir, juste un désir qui petit à petit s’incarne.
Toujours étonnante, ces pièces plus ou moins rondes recueillant une matière blanche, laiteuse, parfaitement lisse qu’on ne peut s’empêcher de… caresser.

Michèle Suquet


Parfois une arrête parfaite elle aussi traverse cette surface sans la briser.
Il y a toujours quelque chose de doux, d’intime, de secret, de fragile,
en contraste avec la masse générale, brute, plus ou moins obscure, rappelant la roche naturelle.
Tenir ensemble des éléments opposés, voire conflictuels comme dans la vie.


Michèle Suquet

Autour d’un délicieux thé... dans de délicieuses tasses "maison", avec petits gâteaux,
Michèle raconte :
" La terre et le feu… Ici je réactualise."
" Pour moi c'est une nécessité. J'ai trouvé mon mode d'expression, c'est un chemin..."
"Quand je donne un titre à une œuvre, je prends le temps de la regarder, elle me renvoie quelque chose...ainsi je trouve le titre."
"Ce travail m'a permis d'entrer en relation davantage avec les autres."

L’élaboration de ces formes, lui a donné la parole à elle, autrefois si discrète, si réservée.
Façonner, pétrir longuement la terre, accoucher de formes, de corps,
a fait jaillir du fond d’elle-même, a libéré, fait naître une parole enfouie.
Et puis une fois le travail accompli, la création du feu adoptée, contempler l’œuvre
pour retrouver l’émotion première qui lui donnera son titre et ainsi favorisera le dialogue avec le public.
Nous avons aimé l'accueil, la présentation de l'atelier, les fours, les œuvres.
Aimé les voir, les toucher.
Ce contraste dont Michèle a parlé, entre le rugueux et le lisse,
ces "glaçures" qui ressemblent au glaçage des gâteaux, toutes ces matières...
les formes très harmonieuses qui rappellent la nature, que nous trouvons belles, que l’on peut interpréter ou non.

Michèle Suquet...

Michèle Suquet

Michèle Suquet... Michèle Suquet... Michèle Suquet

« J’ai cru saisir un peu cette idée de « rencontre »
entre un projet, une inspiration, le travail des mains, de l’artiste-artisan
et le « hasard » avec la transformation par le feu…
Je trouve que l’artiste ne se prend pas au sérieux
et en même temps son art fait partie d’elle, ça semble très profond.
C’est ça aussi qui me touche et m’interpelle. »

 

L'art de Michèle a évolué :

voici quelques-unes de ses œuvres antérieures

Michèle Suquet............ Michèle Suquet


Michèle Suquet


Michèle Suquet

"Michèle, quel parcours !
Toi qui voulais être sage-femme, ton désir s'accomplit.
Dans la création de ton œuvre, gestation et mise au monde t'habitent
pour, sans doute, une belle naissance à toi-même...
"

********************
Michèle a relu cette présentation.
Elle lui a inspiré des paroles complémentaires à notre échange :
elles valaient la peine d'être reprises.

"C'est étrange pour moi de voir ce qui ressort de notre rencontre.
Impression de n'avoir pas dit assez sur la spécificité de la céramique comme processus de transformation par excellence !...
tellement riche et transformant pour celui qui le pratique...
Passer de l'humide et de l'informe
au sec d'une forme qui se différencie en se bâtissant autour d'un vide indispensable...
Importance de cette notion de vide fondateur.
Ainsi passer du cru et du mou, au sec et au cuit, du malléable au solide,
mais aussi de la pauvreté radicale d'un matériau, la terre, à la complexité de la chimie du verre dans l'émail...
avec les mille et mille articulations, alliances possibles entre forme et revêtement,
chercher la " texture".
Cela m'apparaît comme un autre langage, une langue autre que les mots...
Matières à dire la diversité des rapports possibles, des tensions, des douceurs, des lumières entre forme / couleur / matière...
chercher à partir de la terre un univers poétique, esthétique qui parle
de l'Homme, de son rapport au monde... à l'autre... à l'Autre ...
d'une quête de la représentation d'un indicible, d'un "irreprésentable"...
La céramique, processus de transformation par excellence !...
tellement riche et transformant pour celui qui le pratique...
"

 

 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur