Logo d'ACF Nimes Les ARTS et les artistes


" VOICI L'HOMME..."

 



Jean-Michel Testard

 

 


Jean Michel TESTARD

ŕ bâtons rompus

Galerie Testard, 6 Boulevard Gambetta 30000 Nîmes

 

Débordant sur l'espace public, à même le trottoir,
quelques tapis et quelques objets dont un cheval en bois à bascule.
De toute évidence, des antiquités venues d'Orient.
Voici l'entrée de la Galerie de Mr Testard, une personnalité nîmoise.
Marchand de tapis ? Sage ? Conteur ?...

 

Jean-Michel Testard

 

Notre visite chez Mr Testard
était comme une page des mille et une nuits
que nous aurions écoutée sur un tapis volant,
au milieu d'un désert où par moments nous aurions pu apercevoir
au détour d'une dune
l'ombre de Moïse ou de Marie-Madeleine auprès d'un puits  !
Quel conteur  !
et quelle chance il a eue
de vivre ces années de jeunesse si riches et si passionnantes  !
Je n'ai pas pu rester jusqu'à la fin,
mais il m'avait déjà raconté son odyssée
dans sa galerie d'Aigues-Mortes, il y a quelques années.
Les détails sur les dessins m'avaient passionnée.
Très belle rencontre  !!!
Margot

 

LE TAPIS, UN CHEMIN DE SAGESSE

L'équipe Arts-Cultures-Foi est attendue.
Un espace au centre a été dégagé, des sièges originaux sont à disposition.

Jean-Michel Testard


Mr Testard parle.
Il aime parler.

Jean-Michel Testard


Je suis là depuis longtemps.
Je ne suis pas un marchand.
J'ai toujours acheté parce que j'aime.
Du coup je sais en parler, faire aimer.
Le plaisir a du sens.
Au départ j'étais réparateur de tapis.
Je ne suis pas « marchand » parce que je ne suis pas à l'aise avec l'argent :
comment vendre un tapis 2.000 €
quand je sais qu'il a fallu 5 ans pour le faire  !

Jean-Michel Testard

La fin du shah d'Iran a marqué la fin des tapis.
Pour trouver de l'argent, les gens qui ont pris le pouvoir
ont vendu tous les stocks de tapis.
D'ailleurs il en fut de même à la fin de l'Union soviétique ;
pour se payer, les ouvriers vendaient les stocks.

Comme dans la plupart des métiers,
le réparateur de tapis commence par un « apprend-tissage » :
il apprend le tissage.
Être "apprenti", c'est "apprendre à tisser".
Les débuts du tissage remontent à 7 ou 8.000 ans avant J.C.
Tisser c'est la chaîne (le fil vertical) traversée par la trame (le fil horizontal).
Le mot de tisser-tissage vient de très loin.
Il s'est infiltré un peu partout ; mais on ne le remarque pas.
Textuellement, comme on « tisse » le fil, on « tisse » des liens.
C'est la mère qui tisse et elle apprend à sa fille ; c'est la mère qui transmet la vie.
Voyez, on parle de la trame d'une plaidoirie.
Ou encore, le métissage (mes-tissages) : c'est l'action de mélanger les tissus.
 Nous sommes tous des fils de métissage.

Exemple : Le ‘'Kilim du mariage'', le lien du mariage.
Au moment des fiançailles,
à partir d'éléments définis (couleurs, dessins..) qui constitueront le kilim du mariage,
chaque famille prépare une moitié du tapis.
Le jour du mariage on réunit les deux moitiés
et le couple part en marchant sur la couture.
On est chacun sur un chemin
et, ensemble, on rejoint la grande étoile (une étoile à 8 branches).

Jean-Michel Testard

Quand elle apprend à tisser à sa fille,
la mère lui apprend à faire et à dire les dessins des tissus.
Tisser un tapis c'est tisser des images (eidos, en grec).
Les chevrons évoquent les hauts et les bas de la vie qui s'écoule.
Un triangle, la pointe vers le bas, représente la femme.
Pour l'homme, c'est un triangle, la pointe vers le haut.
La croix c'est la chaîne traversée par la trame.
Quand une femme tisse, pour une femme enceinte,
un dessin de chardon (difficile à enlever quand il s'accroche à une laine),
elle lui dit : « Je voudrais que ton enfant tienne ».

« Si tu comprends le tapis, tu comprends le sens de la vie »
[ Jean-Michel TESTARD, Apprend-tissage , Tu diras un jour, tu diras !... p.62 ]

Jean-Michel Testard


Les symboles c'est comme ça. On n'y touche pas. 
Ils traversent les générations.
Jean-Michel Testard

Je suis arrivé en Afghanistan à 15 ans et demi.
J'ai découvert la culture orientale.
Un langage, des traditions, une diversité, un art…
une sagesse et sa transmission…
un langage symbolique, tissé d'une extrême diversité…
Une grande richesse.
J'ai eu un Maître :
« Michel, parfois tu verras des élèves
qui viennent chez moi recevoir mon enseignement.
Je répare les tapis pour gagner ma vie et nourrir ma famille,
mais je suis maître soufi, c'est ça mon vrai métier… »
La transmission est orale : « Tout ce que je te dis, je le sais parce qu'on me l'a dit. »
« Tu s ais Michel, je vais te dire tout ce que je sais.
Je vais te donner tout ce que j'ai.
Mais toi, Michel tu diras un jour ! Tu diras !...
Promets, Michel, promets que tu diras aussi… »

Jean-Michel Testard se dit chrétien et être dans une loge maçonnique.
Il dit que ce n'est pas incompatible.
Nous aurions peut-être pu lui poser quelques questions...

 

‘'Le grand bonheur''

Jean-Michel Testard

« - Michel  ! Ça y est, Michel c'est jour  ! C'est jour, Michel, arrête de voler ta vie  ! Michel, allez ; lève-toi  !
- Monsieur, mais arrêtez de me réveiller comme ça  !
Je le sais qu'il ne faut pas perdre son temps, en France c'est pareil  !
- Tu sais, perdre son temps, c'est grand bonheur. Moi aussi j'aime ne rien faire.
- Mais alors pourquoi me réveiller si tôt ? Vraiment , pour réparer des tapis, il n'y a pas urgence  !
- Mais si je te laisse dormir, alors le bonheur de ne rien faire, tu ne le connais pas  !
Regarde, si le matin on décide de ne rien faire, d'aller marcher par exemple,
c'est grand bonheur.
Et si tu dors, Michel, tu ne sais pas le grand bonheur.
Tu comprends ?
Allez lève-toi, car debout tu es vivant  ! Vivant, Michel, tu comprends  ? »

Jean-Michel Testard

 

Jean-Michel Testard........................ Jean-Michel Testard

 

Jean-Michel Testard

« Grandir c'est peut-être entrer dans le temps »
Même livre, p.34



Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur