Logo d'ACF Nimes Les ARTS et les artistes


" VOICI L'HOMME..."



Les demoiselles d'Avignon, de Picasso

Questions diverses




_ De grands sculpteurs et peintres de la même période, tels Soutine, Modigliani ou Giacometti, n'ont pas vécu cette démarche…

Ils sont dans la mouvance expressionniste qui touche à sa fin en tant que représentation.
Après eux, on trouve l'expressionnisme dans l'abstraction chez les US.

_ Si ces artistes sont des intellectuels, sont-ils encore des artistes ? L'art communique par l'émotion, non par les idées...

Ce sont des théoriciens. La plupart ont écrit. Certains n'étaient pas artistes au départ.
Kandinsky était juriste de formation, il écrivait un peu de poésie et faisait un peu de peinture, mais en amateur, il avait des responsabilités dans le culturel.
Il en est venu à se lancer dans la peinture, et il a écrit l'un des plus importants ouvrages théoriques sur l'expression picturale.
Il peut paraître curieux que "L'École des Beaux-Arts" de Nimes demande d'abord aux élèves de concevoir une œuvre avant de l'exécuter et de rendre compte de leur démarche (cf. expo à Saint-Paul).
Mais ces élèves ont bien l'intention de vivre de leurs études. Peintre, ce n'est pas toujours un métier !
Ils vont faire des arts appliqués, dans l'industrie, le commerce, l'enseignement… il leur faudra répondre à des problèmes.
Pour donner un exemple, un élève a eu 4h pour faire le travail suivant : "Concevez un cendrier pour le PDG de Renault", sans avoir à faire le moindre croquis.
Si son projet est retenu, il va le réaliser.
Cette démarche a donné le design.

_ Que reste-t-il alors du "souffle" qui anime l'art ? et de son rapport avec la Foi ?…

Pour faire vraiment de l'art, il faut se débarrasser un peu de la charge affective, prendre du recul.
Un auteur expliquait sur France Culture qu'il avait commencé à faire de la vraie poésie quand il s'était mis à faire de l'écriture, et pas seulement à exprimer ses sentiments.
Pour connaître son message, "regardez où le poète met les virgules", disait Baudelaire.
Kandinsky, l'un des artistes les plus touchants, a écrit des bouquins très théoriques sur les couleurs, ce qu'elles disent, leur juxtaposition… sur les lignes…
Il est en quête d'un langage pour dire ce qu'il ressent.
Il est allé si loin parce qu'il s'est débarrassé du sujet, ce qui lui a donné une liberté de langage.
On pourrait dire qu'un Poussin l'a fait aussi plus ou moins, mais il était ficelé par les sujets et il n'est pas allé aussi loin.
Pour le "Saint-François d'Assise" de Messiaen, qui durait 4h20, il y avait 80 postes de TV autour de la scène et tout le décor était aussi rempli d'écrans ;
cela déboulonnait la concentration théâtrale sur la scène…

_ Ce n'est pas parce que je ressens quelque chose que je vais créer une œuvre qui restera…

Oui. A un moment, une œuvre est entendue, reconnue, diffusée…

_ C'est une question de convenance/convention sur une manière de regarder à tel moment…

Par exemple Soulages, il est convenu de dire qu'il y a chez lui une percée sur l'infini.
Il y a une accoutumance du regard grâce à laquelle sa peinture donne une ouverture.
Mais je peux très bien ne pas avoir cet œil et y voir un mur sur lequel je me fracasse.
Soit par l'artiste soit par la culture collective, on indique la direction à voir.

......................................... --> Finalement, n'est-il pas impossible de définir ce qui fait d'une œuvre une œuvre d'art ?…

_ A "Carré d'Art" (Nimes), il y a une pièce avec d'étranges accumulations de petites écritures…

Le regard commun va avec une culture commune.
Peu à peu, par l'approche des uns et des autres, on finit par se dire : "Ah ben oui !"
Si on n'est pas un peu préparé à une œuvre…
Avant, on avait le sujet pour se repérer ; plus maintenant.
Nous sommes fanas du style roman ; mais dans les années 20, on le trouvait affreux (cf. Élie Faure),
et Christian Jacque remarque : ils ont vu seulement les sujets, mais pas les lignes tourbillonnantes qui les traversaient.
Tout va changer en 25 ans seulement avec le gothique qui va figer tout cela… avec la même iconographie chrétienne !
C'est un changement des société qui est exprimé là.

_ Moi qui croyais l'art accessible à tout le monde, à l'inverse de la philosophie…

Yves Michaux, ex directeur des Arts Déco et grand théoricien de l'art, remarque que l'on admet qu'un livre ne soit pas pour tous :
pourquoi pas l'art ? il peut être aussi chargé qu'un écrit…

_ Dans les voyages à l'étranger, les architectures, les tableaux d'une autre culture vous touchent (ou pas !). Leurs livres, c'est autre chose…

_ A-t-on une conception plus individualiste de l'art, aujourd'hui ? cela va-t-il de pair avec la difficulté actuelle de la communication ?…

Au musée Chagall, un guide vous informe sur les tableaux, on se régale.
Quelqu'un lui dit qu'aujourd'hui les artistes ne sont plus religieux.
Le guide : "Comment ! ils ne l'ont jamais été autant !
A la Renaissance, c'était l'home superman.
Aujourd'hui, ils sont à l'écoute du monde autour de nous, ils sont des témoins de nous tous.
"
C'est ce que je crois.
Cf. l'art d'avant-garde donne une grande place au corps.
Mais on est de plus en plus personnalisés ; peut-être individualisés, mais je n'en suis pas sûr.
Cf. l'art d'aujourd'hui n'a pas de prétention pédagogique et nous n'avons plus à faire avec des mouvements,
mais il est à l'écoute du monde...

René Migniot






Vers la page précédente........... ..




Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur