Logo d'ACF Nimes Cinéma




Le ruban blanc - Michael Haneke

Palme d'Or Cannes 2009

Le ruban blanc

Réalisation Michael Haneke - Drame
Avec Ulrich Tukur, Burghart Klausnner, Christian Friedel, Rainer Bock, Ursina Lardi, Suzanne Lothar
Austro-Allemenad 2009 - (2h25)

 


Il est difficile de parler de ce film tant la critique l'a déjà loué !
C'est une étude méticuleuse des relations entre individus d'un même bourg,
dans une Allemagne de 1913.
Elle nous est présentée par une voix off :
celle de l'instituteur du village, à la retraite,
et probablement très longtemps après les événements qu'il relate
- sans doute après la seconde guerre mondiale et le fascisme -.
Il raconte pendant qu'au début du générique s'inscrivent les caractères de l'écriture gothique allemande.

Le village est sous l'autorité d'un hobereau.
Toutes les familles, hommes, femmes et enfants, travaillent pour lui,
véritables serfs mais tout de même payés.
Le régisseur, soumis lui aussi au maître,
mène cruellement les siens et ceux qui travaillent la propriété.
Puis il y a le Pasteur,
véritable intégriste pour qui la recherche de la pureté est une obsession.
Il dirige sa famille avec froideur et dureté :
les châtiments corporels lui sont un impératif,
il fait porter à ses enfants un ruban blanc,
punition qui témoigne aux yeux de tous de leur impureté.
Dans cette histoire, surviennent aussi des faits étranges, inexpliqués, voire fantastiques,
toujours liés aux enfants.
Car c'est leur vie dans ce village retiré du nord de l'Allemagne, au début du 20ème siècle,
que ce film nous révèle.
Des enfants sans amour, sans avenir, condamnés au silence,
étouffant leur révolte jusqu'à l'explosion.

Vers quelle génération d'adultes cette enfance a-t-elle pu évoluer ?
Vers une génération de révoltés ?
La guerre de 14/18 qui s'annonce ne donne pas de réponse.
Le film s'arrête là.
Mais on sent que tout va basculer,
que là se trouvent, pour certains, "les racines du mal" ( Le Monde ) et l'origine du fascisme.
Cette opinion est certes controversée,
mais Haneke lui-même dit que la souffrance et l'humiliation
préparent le terrain à une idée perverse.

Dans Le Monde du 20 Octobre 2009,
Thomas Sotinel conclut ainsi son article :
"Le ruban blanc, film terrible et pourtant élégant,
apparaît comme une espèce de préface aux horreurs de tout le 20ème siècle
".


Jacqueline Thibon


  Comment le mal peut-il s'insinuer au coeur de l'Homme ?
Non pas au coeur de monstres, mais au coeur d'hommes ordinaires...
Avec le recul du temps, une fois apaisées les plus grosses vagues
du scandale, de la révolte ou de l'accablement
il faut bien en venir à se poser la question.
Et elle n'est pas gratuite :
que de menaces sourdes pèsent à nouveau sur la planète !
"Je ne fais pas le bien que je voudrais et je fais le mal que je ne voudrais pas"
écrivait saint Paul aux chrétiens de Rome.
C'est sans douite à lui-même et sa responsabilité
que ce film, à la fois grave et magnifique,
renvoie le spectateur...

ACF-Nimes


 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur