Logo d'ACF Nimes Cinéma


Au fond des bois - de Benoît JACQUOT

Au fond des bois

Réalisation : Benoît JACQUOT - Drame
Avec : Isild le Besco, Nahuel Perez Biscayart, Jerôme Kircher, Mathieu Simonet
France - 2010 ; sortie en France 13 octobre 2010 - (1h42)


Au fond des bois s'inspire d'une histoire vraie qui se passe dans le Sud de la France en 1865.
Joséphine (Isild Le Besco), fille du docteur d'un petit village,
ouvre sa porte, un soir, à un vagabond, Timothée (Nahuel Perez Biscayart).
Le médecin lui offre l'hospitalité.
Timothée se fait passer pour un sourd-muet ayant des dons de prestidigitateur.
Dans la nuit, il viole Joséphine et s'enfuit,
mais Joséphine le rejoint...

Benoit Jacquot souhaitait, parait-il, qu'un grand nombre de scènes soient tournées en extérieur
pour isoler le plus possible les jeunes gens dans une nature sauvage,
où certains reconnaîtront les gorges de l'Ardèche et du Chassezac.
Les paysages sont superbes.
On reconnait Thines - jamais nommé, pas plus que tous les autres lieux -
dans le vieux village où résident Joséphine et son père.
On y découvre le grand et vieil escalier qui mène à l'église romane,
partie d'une vielle abbaye de style roman lombard du 12ème siècle,
étape du pèlerinage de St-Jacques de Compostelle.
Benoit Jacquot nous la montre plantée sur le haut de son piton rocheux qui surplombe la route.
On voit les vieilles maisons construites en schistes noirs,
de vielles cabanes isolées dans la forêt…
des sentiers dans de grands bois parfois très lumineux,
entre de superbes massifs de montagne avec leurs chemins en pente…
des rivières avec leurs gorges au bas des précipices…

Tout le film est construit sur l'ambigüité de la relation entre Joséphine et Timothée,
faite d'une attirance-répulsion de la jeune fille pour ce vagabond hirsute et dégoûtant.
Bestialité et amour se mêlent ;
un sentiment d'envoûtement persiste tout au long du film, jusqu'au tribunal...

Isild Le Besco est une actrice exceptionnelle,
mais la révélation est l'acteur masculin, d'origine argentine, qui a 24 ans :
il incarne le vagabond avec justesse et intensité.

Jacqueline THIBON


"Bestialité et amour se mêlent"... "Envoûtement"...
L'être humain ne se laisse pas si facilement enfermer dans des catégories morales !
Sans doute devons-nous aux artistes authentiques
la grâce, toujours renouvelée,
d'un regard qui va au-delà,
et qui accepte de ne pas avoir le dernier mot sur nos complexités,
sans rien nier, ni des bassesses ni des lumières, inextricablement mêlées.
Jésus avait une belle parabole à ce sujet : celle de l'ivraie (Matthieu 13,24-30).

ACF-Nimes


 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur