Logo d'ACF Nimes Cinéma


Le grand silence - Philip Gröning

Coeurs




"Le grand silence"
Réalisation : Philip Gröning
Allemagne: 2006 - (2h42) - couleurs



Le programme du "Sémaphore", à Nimes, qualifie ce film de documentaire : est-ce bien sûr ?
Je ne crois pas beaucoup à la ”caméra stylo”.
Peut-on, par ailleurs, faire preuve d’objectivité devant un tel sujet ?

Beaucoup de religions ont leurs prêtres, leurs moines,
qui refusent la vie relationnelle, le rapport avec l’autre,
se retirent de la vie en société, et adoptent une vie uniquement contemplative.
On peut interpréter cette attitude comme la volonté d’un face à face constant de l’individu seul avec son Dieu.

La religion chrétienne, catholique surtout, a toujours eu ses anachorètes
- et l’on retrouve dans beaucoup de régions, dans des lieux retirés, à l’écart des villes et des bourgs,
une chapelle où l’on sait qu’il y a plusieurs siècles, ou de nombreuses décennies,
un moine est venu là, vivre seul, en ermite,
pour se couper de toute présence humaine et témoigner, solitaire, de son attachement à Dieu.
Pour les gens “peu pieux”, comme le dit avec humour Jacques Teissier,
une telle attitude est difficile à comprendre.
Une 'religion' est par définition un 'lien' avec le Ciel et entre les fidèles.
Pour les agnostiques, l’image d’un croyant est celle
- certes un peu simpliste mais commode -
d’un homme qui, étant sûr que l’univers a été créé par la puissance divine,
ne se pose plus de problème sur son origine et celle des espèces qui l’habitent.

Et voilà que nous arrive d’Allemagne “Le Grand Silence”...
Un film
- j’allais écrire un objet cinématographique
tellement ce film est original, différent de ce que l’on peut voir habituellement,
même dans les salles d’art et essai, dans les salles pour “intello”.
Un OVNI, selon le mot à la mode.
En tout cas une symphonie d’images
qui nous rend plus proche la vie d’un groupe d’hommes refusant la vie quotidienne,
ou plutôt la vie ordinaire des humains.
Le silence des images, en plans fixes et d’un déroulement très lent, s’etend sur la salle :
pas un bruit,
le public est captif de ce qu’il voit .

La vie de ce groupe d’hommes dans une vallée de la Chartreuse
nous interroge, nous interpelle, nous émeut aussi.
Le metteur en scène a parfaitement réussi ce film.
Si, selon l’expression de Paul Éluard, la poésie “c’est donner à voir”,
Philip Gröning nous donne là une véritable oeuvre poètique.

René THIBON


En notre monde tellement dominé par l'utilitaire, par des dogmatismes de tout poil,
comme il est rare de "voir" quelque chose du mystère de l'homme ,
exprimé avec justesse,
d'une manière qui touche le coeur,
sans faire la leçon,
en laissant vivre chaque liberté.
Que serions-nous sans la poésie de l'art ?...


ACF-Nimes

 

 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur