Logo d'ACF Nimes Cinéma


La vie des autres - Florian Henckel von Donnersmarck

Coeurs




"La vie des autres"
Mise en scène : Florian Henckel von Donnersmarck
Allemagne: 2006 - (2h17)


L’histoire se passe en 1984 en république démocratique allemande.
Elle pourrait avoir en sous-titre :”La R.D.A. comme si vous y étiez
.........................................................(République Démocatique Allemande).
L’année où se déroule le film fait penser au titre du fameux roman de George Orwell : "1984".
Je pense cependant que c’est une simple coïncidence.

Le suspense, la mise en scène ,voire le jeu des acteurs sont les mêmes que pour un “thriller” ou un film d’espionnage.
L’auteur a passé 4 ans à se documenter dans les archives de la R.D.A, ouvertes dans un immeuble de l’ex Berlin-Est.
Il s’agit bien d’un documentaire sur le système policier mis en place par Staline et les siens dans l’ex RDA :
l’Allemagne de l’est pour faire plus simple.
Au fur et à mesure que l’histoire nous éclaire, on apprécie de plus en plus le 'D' de démocratique, et ce qu’il pouvait recouvrir.
Sans images choquantes mais avec une précision qui fait froid dans le dos,
on assiste à un interrogatoire fait
non pour rechercher des preuves, mais pour broyer l’individu.
Nous sommes, hélas, toujours dans le documentaire, le cinéma-vérité,
et non dans la fiction ou le romanesque.

Inquiétante fiction”, nous dit Jean-Luc DROUIN dans “Le Monde” du 31/01/2007.
Inquiétante est un euphémisme
et, hélas, il ne s'agit pas non plus une fiction...

De nos jours, lorsque le touriste, le visiteur un peu curieux passe du coté est de la porte de Brandebourg, à Berlin,
il aperçoit à quelques centaines de mètres de là, l’immeuble de style très classique où siégeait et sévissait la Stasi,
certes moins violente que la Gestapo mais _ oserais-je dire _ plus efficace.
George Orwell qui, dans un premier temps, avait défendu les républiques “démocratiques” d’Europe de l’est
en avait bien vu la perversité dès 1948.
Il écrivait dans “Animals Farm” : ”Tous les animaux sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres”.

René THIBON


"Il y avait eu Good Bye Lenin ! puis, succès aidant, quelques autres titres,
faisant de l’« ostalgie » en allemand, l’« eastalgia » en anglais,
un genre visant à se souvenir que tout ne fut pas que noir dans la défunte République démocratique allemande.
Avec La Vie des autres, nous avons l’apparent contrepoint dramatique de cette proposition,
élevé à un sens du tragique proprement shakespearien.
Autant dire l’importance historique de cette oeuvre,
doublée d’une reconnaissance
tant publique, ce premier film ayant pulvérisé les records de fréquentation en Allemagne,
que critique : aux prix du cinéma européen le mois dernier, il coiffait au poteau Almodovar et Loach,
emportant la récompense comme meilleur film, meilleur scénario, et meilleur acteur pour Ulrich Mühe."
Extrait de la chronique cinéma de Jean Roy, dans "L'Humanité" du 31 janvier 2007


"Je voudrais simplement donner un nom à chaque chose.
Dire que le mal est mal.
Dire clairement que la mort des deux millions de Khmers de 1975 à 1979
ne relève pas uniquement de la fatalité de la loi karmique.
Dire clairement que cette mort a une cause : la folie des hommes.
Cette folie meurtrière est la convergence de facteurs divers, politique, économique, social, humain…
Une société juste requiert la nomination et la condamnation de toute crime contre l’homme,
non pas dans un esprit de vengeance, mais dans un esprit de clairvoyance.
Nous analysons le passé pour rebondir vers le futur à partir du présent.
Soyons des Khmers courageux et responsables,
que nous soyons bouddhistes ou d’autres confessions,
pour reconstruire le Cambodge à partir des éléments solides
et non à partir de nos illusions ou de nos peurs.
"
Claire LY, àPhnom-Pen, janvier 2007
[auteur de "Revenue de l'Enfer" (2002) et de "Retour au Cambodge" (2007), éditions de l'Atelier]

On ne saurait mieux dire...
ACF-Nimes

 

 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur