Logo d'ACF Nimes Cinéma


Les Amours d'Astrée et de Céladon - d'Éric Rohmer

Les Amours d'Astrée et de Céladon


Réalisation Éric Rohmer, d’aprés ”L’ASTRÉE“ d’Honoré d’URFÉ - Comédie -
Avec : Andy Gillet, Stéphanie de Crayencour, Cécile Cassel
France 2007 - (1h49)


Il est difficile d’écrire ne serait-ce que quelques lignes sur ce magnifique film d’Éric Rhomer,
si l’on n’a pas de connaissance précise sur le roman pastoral d’Honoré DURFÉ
qui fut publié, en partie par son auteur, entre 1607 et 1619,
et dont la publication, nous dit le “Robert”, a été terminée entre 1627 et 1628, par son secrétaire.
H.Durfé situe son histoire dans le Forez
mais le film a été tourné dans des forêts françaises mieux conservées
que celles de cette région devenue industrielle.
Éric Rhomer reconstitue ce roman pastoral et bucolique avec ferveur et avec art.
Il nous conte cette aventure amoureuse du temps des gaulois et des druides avec finesse et passion.
Tout s’y déroule dans le calme, sans violence, sans cris.
A travers champs, au milieu des clairières, des personnages se parlent sans heurt
de l’amour, de l’amitié, de la fidélité (thème cher à Rohmer !)
et parfois avec beaucoup d’humour ;
une hiérarchie heureuse entre un Dieu et les dieux nous est évoquée par un druide.
On s’habitue rapidement au jeu un peu convenu des acteurs et à quelques anachronismes - volontaires bien sûr -
qui donnent au conte un coté “hors d’âge”.
Nous voilà loin de l’histoire apprise jadis à l’école primaire
ou des plaisanteries et des aventures comiques des héros de B.D.
qui nourrissent notre imaginaire depuis l’enfance.
Ce n’est pas là où nous conduit Rhomer, à la suite d’Honoré DURFÉ.
Ma vieille littérature française de Ch. M. DESGRANGES, retrouvée ces jours-ci au fond d’une vieille malle,
consacre à Durfé et à l’Astrée deux bonnes pages
- On était sérieux au lycée dans les années 50 !-
L’Astrée, nous dit Desgranges, est
une double initiation espagnole et italienne, elle donne naissance au roman pastoral
et en est le chef d’œuvre.
Certes le baroque est à la mode ;
merci en tout cas à cette mode-là qui nous permet de redécouvrir Durfé
et qui a inspiré à É. RHOMER un de ses plus beaux films.

René THIBON


Ce n'est sans doute pas pour rien qu'un tel film nous touche aujourd'hui.
En ces temps de crise humaine et écologique,
il n'est peut-être pas mauvais de nous rappeler
que nous sommes habités par un grand rêve d'harmonie.
Illusion ? Évasion ? Espérance ? Sentimentalisme mal placé ?
Tout à la fois, peut-être !
Mais alors, comment vivre ce "rêve" ?...
A en croire les évangiles,
les germes de cette harmonie seraient moins à chercher
dans ce que notre époque appelle volontiers "le positif",
- au risque de tirer un voile pudique sur les violences de l'homme comme de la nature -
que dans les étincelles d'harmonie qui, paradoxalement,
naissent parfois
au creux des plus épaisses "ténèbres" de l'homme.
La démarche est déroutante, exigeante, certes !
En tout cas, elle ne sera pas contredite
par les errements idéalistes et antihumanistes
de l'écologie dite "radicale".

ACF-Nimes


 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur