Logo d'ACF Nimes Cinéma


Mon frère est fils unique - Daniele Luchetti

Mon frère est fils unique


Réalisation Daniele Luchetti - Comédie -
Avec : Elio Germano, Riccardo Scamarcio, Diane Fleri
Italie produit 2006 ; sortie 2007 - (1h40)


Recherche de la pureté en Italie pendant les “années de plomb”...
On se dit à la sortie de ce film que seule l’Italie, seul le cinéma italien
sont capables de nous donner de telles œuvres qui nous parlent à la fois
de l’intimité familiale, de l’amour-haine de deux frères,
et de leur mère ne faisant rien pour améliorer cette situation ;
au contraire elle préfère ouvertement l'aîné, le beau gosse qui réussit,
au cadet, dit “la Teigne”,
dont le prénom ou surnom 'Accio' est comme on le sait un suffixe péjoratif en italien.
Accio se bat partout et tout le temps.
Il a quitté le séminaire qui lui apparaît enseigner plutôt la compromission que la pureté ;
il se bagarre contre le petit ami de sa sœur qui se révèle être un séducteur hypocrite ;
il milite au sein du parti fasciste, qui le décevra vite
et aboutira dans les rangs de l’autre parti politique de masse à cette époque :
le P.C.I. dont on sait qu’il sera - quand même ! -
le seul P.C. non stalinien en Europe de l’ouest.
Les deux acteurs, véritablement imprégnés par leur personnage,
donnent au film ce ton d’authenticité auquel le cinéma italien nous a habitués
et qui en fait sa valeur depuis Rosselini, De Sica, De Santis et le néo-réalisme.
De toute évidence, Accio adolescent est à la recherche de la pureté.
On ne peut pas ne pas évoquer Rocco (lepersonnage de “Rocco et ses frères “de Visconti),
la révolte et la drôlerie en plus.
L’interprétation de “L’hymne à la joie” de Beethoven
dans le style réalisme populaire maoïste
est un des sommets du film et un grand moment de comédie.
Une chanson populaire - des années 70 nous disent les critiques -
est aussi une des bonnes idées de mise en scène.

Le portrait de l’Italie qui ressort du film, avec une étude sociologique que je trouve très juste,
nous présente à la fois les oubliés de la croissance économique, le bon peuple italien,
et les “bobos” - dirions-nous dans notre langage français à la mode -.
Il nous démontre aussi que, si l’Italie a su sortir de sa situation de pauvreté
d’avant et d’après la seconde guerre mondiale,
les séparations de classe sont toujours aussi nettes
- même si FIAT a su construire des voitures pour tous ! -
Quiconque a pu visiter le vieux Naples d’il y a 20 ans
ne sera pas surpris de ce parti pris de mise en scène.

René THIBON

 

Dans l'histoire des personnes comme des sociétés,
la recherche de la pureté est, sans doute, à la fois
l'un des élans les plus fondamentaux de l'être
et l'un des plus grands pourvoyeurs d'inhumanité.
Le cinéma italien a cette qualité rare de nous faire sentir, comme nul autre,
l'humanité d'hommes empêtrés dans ce tissu de contradictions.
Ce n'est pas sa moindre qualité.
En tout cas, il nous donne à espérer en l'homme...


ACF-Nimes


 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures - Foi, délégation de Nimes
Site créé par NPousseur