Affiche du 33e Congrès 'de arte flamenco', 
				à Nimes


MISA FLAMENCA

Nimes, le10 septembre 2005, église Ste-Perpétue
En cloture du 33e congrès international 'de arte flamenco'

HOMELIE


* S’il est un art qui chante, comme nul autre,
les profondeurs du cœur humain,
c’est bien le chant du flamenco,
le « cante jondo »…

Et de quoi est fait le cœur humain ?
sinon des joies et des douleurs de la rencontre ou de la trahison…
des joies et des douleurs de la communion ou de la rupture…
des joies et des douleurs de la présence ou de l’éloignement…
des joies et des douleurs du rapport à l’autre,
tellement vital et tellement difficile...

* Ce « cante jondo » n’a rien de déplacé, dans une église.
Qui a lu, dans la Bible, le « Cantique des cantiques »
sait combien l’histoire,
à la fois merveilleuse et tragique,
de nos relations d’amour
(quelle qu’en soit la forme)
est habitée d’une autre Présence…
Aussi je suis heureux de partager ici avec vous tous
ce moment d’émotion et d'intensité.

° Le hasard (si tant est qu’il existe !),
le hasard a fait assez bien les choses…
Les textes que nous propose aujourd’hui la liturgie
sont tous centrés sur le pardon.

La question est vieille comme le monde !
Les débuts de la Bible nous proposent
une réflexion imagée, mais très profonde,
sur la condition humaine.

La suffisance d’Adam et Eve déséquilibre profondément l’homme.
Elle amorce une cascade de distorsions et de violences.
Une cascade, et même une escalade…
C’est d’abord Caïn qui tue Abel.
Puis c’est Caïn qui sera vengé 7 fois si l’on touche à lui.
Et quelques générations plus tard, Lamek sera vengé 77 fois (Gn. 4).

Comment sortir de cet engrenage infernal,
dont l’actualité ne cesse, hélas !
de nous fournir mille et un exemples ?…

° Les humains ne manquent pas d’idées…
- Si ça ne va pas, c’est qu’il y a des brebis galeuses.
Eliminons-les !
Le roi Ubu invente la trappe,
métaphore tragi-comique des camps de la mort
et autres 'purifications' en tout genre…
La Bible avait inventé la métaphore du Déluge… (Gn. 6/5-8)
Échec sur toute la ligne… ou presque.
- Si ça ne va pas, c’est que chacun tire dans son sens.
Réunissons tout le monde autour d’un même projet !
Antoine de Saint-Exupéry le dit dans « Citadelle » :
« Force-les de bâtir ensemble une tour,
et tu les changeras en frères… ».
La Bible avait inventé la métaphore de la tour de Babel… (Gn. 11/1-9)
Échec sur toute la ligne… ou presque.
Alors ?…

* Alors Jésus nous propose une autre voie.
Plus audacieuse... déconcertante,
et surtout plus exigeante.
A l’escalade de la violence, il répond par l’escalade du pardon.

Pierre : « Quand mon frère commettra des fautes contre moi,
combien de fois dois-je lui pardonner ?
Jusqu’à 7 fois ?
»
(7, c’est le chiffre parfait…)
Jésus : « Je ne dis pas : jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à 70 fois 7 fois. »

A la démesure de la violence et du meurtre (7 et 7),
Jésus n’a rien d’autre à opposer que la démesure du pardon (7 et 7)…
Attitude qu’il authentifiera plus tard, sur la croix,
quand il sera lui-même brisé par l’escalade d'une violence politico-religieuse :
« Père, pardonne-leur… »

* Impossible idéal ! me direz-vous…
Pas si sûr, nous répond Jésus dans sa parabole.
Voyez !
Quand vous-mêmes avez besoin de la miséricorde des autres,
vous savez très bien y faire appel !…
Et vous avez raison.
Alors, quand c’est à vous d’avoir des griefs contre vos frères :
ne l’oubliez donc pas !…

° Le chant du flamenco ne prétend pas à autre chose qu’à exprimer
« la profondeur de l’intime et du rapport à l’autre, la joie et la douleur… »
(Jean-François Carcelen, Midi-Libre 05-09-05)
« Expérience vitale » qui nous habite tous ;
plus ou moins visible, plus ou moins secrète,
mais bien présente sous les mille soucis du quotidien
puisque ce chant a quelque chose d’universel
et qu’il nous touche…

° Ce soir, j’aimerais dire une chose.
Une seule.
N’ayons pas peur de nous laisse toucher et entraîner
à la profondeur où ce chant vient nous rejoindre ;
et peut-être _qui sait ?_ nous réveiller…
Il est tellement plus qu’un simple spectacle !

Grâce à ce chant, osons habiter cette profondeur en nous.
Nous ne serons pas si loin du mystère de l’homme…
Nous ne serons pas si loin, peut-être, du mystère de la miséricorde et du pardon…
Nous ne serons pas si loin du mystère de Dieu en l’homme…

À quoi servirait de crier « la joie et la douleur »
s’il n’y avait « q/Quelqu’un » pour l’entendre ?…


Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur