‘L'évangile selon saint Lattier’

Gérard Lattier

Éditions du Chassel - 25 rue Jean-Jaurès, 07600 Vals-les-Bains (octobre 2010, 200 pages en quadrichromie, 27X30 cm, 40)

En vente à Nimes: librairies Siloé-Biblica, Teissier, Carré d'Art
Commander à l'éditeur par mail, ou s'informer sur les lieux de vente

 


  Il est ressuscité
Jésus est né !

 

 

  Il est ressuscité
"Il est ressuscité !"

 


Extraits de la préface d'Arts-Cultures-Foi de Nimes

Gérard Lattier peint les évangile dans l'esprit de nos crèches provençales :
avec beaucoup de tendresse, agrémentée d'un zeste d'humour.
Ne vous étonnez pas de remarquer dans ses tableaux la lessive « Saint Marc », le lapin Duracell,
le savon de Marseille ou le vin « Saint Joseph », le chat « Kilou »,
les fleurs de la garrigue ou le profil de la montagne qui domine Ruoms, en Ardèche.
Ne vous offusquez pas, à la Cène, de voir trôner sur la table l'énorme dinde rôtie d'un bon repas de fête.
Gardant toute sa gouaille, Gérard Lattier immerge l'Évangile dans notre quotidien.
Il le met à hauteur d'homme.
Voilà une peinture qui percute, très accessible à tout le monde, même aux enfants.

  Il est ressuscité
"Mangez et buvez-en tous !"

Mais qu'on ne s'y trompe pas :
L'Évangile selon saint Lattier n'est ni simpliste ni mièvre.
L'orphelin de guerre blessé par la vie, qu'il n'a jamais cessé d'être,
sait trop bien de quoi est capable le cur de l'Homme,
dont les petits démons ressemblent encore à son énorme bête du Gévaudan.
Si aujourd'hui, chez lui, l'expression est devenue colorée, joyeuse, lumineuse,
si elle libère une simplicité, un émerveillement, une joie de vivre,
c'est tout le contraire d'une naïveté :
c'est l'aboutissement d'une aventure intérieure tumultueuse, désormais apaisée.
Ses ciels, très travaillés, en sont peut-être le symbole le plus fort et le plus discret à la fois.

  Le massacre des innocents
Le massacre des innocents

Gérard Lattier rafraîchit et renouvelle notre regard sur l'Évangile.
Son Christ n'est pas bégueule.
Il n'est pas venu du bout des pieds faire un petit tour parmi les hommes.
Il nous le montre, avec une certaine truculence, une certaine cocasserie qui suscitent le rire ;
un rire qui réveille et fait sauter l'Évangile au visage.
Avec lui, nous sommes bien loin des images pieuses et conventionnelles qui, d'ailleurs, ne touchent plus grand monde.

  Il est ressuscité
La mort déconfite

  Le diable réconcilié
Le diable réconcilié

Ah ! sachez-le : chez Lattier, Dieu est toujours un petit barbu et il joue de l'accordéon.
Mais oui.
C'est depuis une certaine histoire au sujet d'Herbert von Karajan, le grand chef d'orchestre :
arrivé au ciel, il ne supportait pas que Dieu joue de l'accordéon « comme un pied » !
Il s'en bouchait les oreilles.
Jusqu'au jour où, enfin, il s'aperçut du bonheur de l'accordéoniste à faire sa musique, même mauvaise,
et de la joie des habitants du ciel,
tellement heureux de son bonheur qu'ils n'arrêtaient pas de danser :
et voilà notre Karajan d'entrer dans la danse.
Depuis, dans son petit nuage, le Dieu de Lattier est encore plus beau que la perfection
et, de tableau en tableau, son accordéon invite l'homme
à entrer avec Karajan dans une beauté au-delà de la musique.

  La brebis perdue retrouvée
La brebis perdue retrouvée

Atypique Lattier !
D'une parole libre, si rare aujourd'hui, il nous montre un Christ qui nous parle de nous.

 

 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur