Luc Ferry & Lucien Jerphagnon



La tentation du christianisme


Le livre de poche, Collection biblio essais
Grasset (120 pages - janvier 2010 - 4,50 €)

()


Retour
Retour
La tentation du christianisme  

 

 

 

Présentation de l'éditeur

« Scandale pour les Juifs, folie pour les Grecs » : voilà comment saint Paul désignait le christianisme. Contre la Loi des Juifs et la Raison des philosophes, il entendait plaider en faveur du salut par une ‘foi' plus forte que la mort. Comment expliquer que ce scandale et cette folie aient pu se développer, gagner et finalement s'imposer dans l'Empire romain à partir de Constantin ? Comment le christianisme a-t-il fait pour passer du statut de secte à celui de civilisation ? Luc Ferry et Lucien Jerphagnon unissent ici leurs forces et leurs compétences pour tenter de répondre à ces questions.

 

 

On trouvera ici les réactions de l'équipe ACF-Nimes à la lecture de ce livre...... .. Vers la page suivante

 

On trouvera ici une réflexion sur l'actualité de cette histoire ancienne ...... .. Vers la page suivante

 

Recension
(à paraître dans la revue Esprit & Vie)

Passionnant petit bouquin.
Attention ! Son sujet n'a rien à voir avec les « péchés mignons » du christianisme,
comme on pourrait le laisser croire son titre.
Il s'agit au contraire de mettre en lumière la « tentation », la « séduction »,
que le christianisme a fini par exercer dans cet empire romain, tout imprégné de culture grecque,
qui avait commencé par le voir d'un mauvais œil, jusqu'à le persécuter parfois.
« Comment le christianisme a-t-il fait pour passer du statut de secte à celui de civilisation ? » (p.10) :
voilà la question.

La réponse tient dans une conférence à deux voix,
donnée en Sorbonne le 16 février 2008, à l'initiative du Collège de Philosophie :
Pourquoi le christianisme ? du point de vue des Romains , par L. Jerphagnon (p.13-41) ;
puis, Pourquoi la victoire du christianisme sur la philosophie grecque ? par L. Ferry (p.43-105).
Pour finir, un dialogue avec la salle (p.107-120).

N'ayez pas peur de tomber sur des explications alambiquées en langage ésotérique.
Les deux auteurs réussissent la prouesse de nous faire entrer dans des choses essentielles avec une grande simplicité.
C'est dire à quel point ils dominent leur sujet.
Jerphagnon est plus concis, son exposé se déroule sans un accroc, limpide.
L'exposé de Ferry, moins ciselé, moins mûri, revient plusieurs fois sur les mêmes choses ;
mais cela ne nuit en rien à la compréhension.

La religion des Romains était une religion de la cité :
l'essentiel était d'exécuter scrupuleusement tous les rituels
afin que les dieux continuent à veiller sur l'Empire, qui leur devait son succès.
Les chrétiens ont scandalisé :
« L'inadmissible, c'était d'entendre ces chrétiens soutenir qu'il n'y avait de dieu que Christus » (p.26).
Sacrilège qui faisait vaciller les fondements de la cité.
Cependant, ces chrétiens rejoignaient en même temps une attente cachée :
« cette religion-là » impliquait « l'être humain tout entier, corps, âme, esprit,
et pas seulement le citoyen, comme c'était l'usage depuis toujours. » (p.28-29).
Elle correspondait, chez les personnes, à un manque existentiel
(« affectif », dit Jerphagnon, de manière peu heureuse, p.31).
On trouvera de très belles pages à ce sujet.
Jerphagnon se qualifie d'« agnostique mystique » (cf. p.108),
en ce sens qu'il est réfractaire à toute formulation dogmatique :
sans doute lui a-t-il fallu se débarrasser de tout un fatras de ‘savoirs'
pour entrer dans le cœur de l'expérience chrétienne…
en tout cas, il nous le donne à percevoir de fort belle façon.

La philosophie grecque apparaît comme « la version laïque ou rationnalisée [« sécularisée »] de la mythologie » (p.42),
qui apportait une réponse à la question du salut
[le lecteur aura toute chance de se régaler au décodage de la Théogonie d'Hésiode et de l' Odyssée d'Homère].
Le monde n'est pas un « chaos » mais un « cosmos »,
« un monde organisé, harmonieux, juste, beau et bon ».
Cet « ordre », c'est du « divin » car il a « quelque chose qui dépasse les humains :
ils le découvrent, ils ne l'inventent pas » (p.49).
Le « salut » ne réside pas dans « une conquête à tout prix de l'immortalité » (p.54) ;
« l'homme doit accepter la mort pour occuper la place qui lui revient » (p.57) dans le cosmos.
Or le christianisme va « rompre radicalement avec ce message philosophique pourtant lucide et puissant » (p.57),
d'une « rupture grandiose » (p.73).
Le divin n'est plus « l'harmonie du monde », une « structure » : c'est une personne ;
et, en plus, il s'est in-carné !
L'humanité n'est plus hiérarchisée par nature :
« la dignité morale d'un être » ne se « confond » plus avec « ses talents naturels » :
elle dépend « de ce qu'il en fait » (p.87-90).
Le salut n'est plus une affaire de juste place dans le cosmos :
il est « une affaire personnelle », « le Christ s'occupe de chacun d'entre nous » (p.94).
Place à l'amour…
Voilà « le cœur du cœur de la tentation chrétienne » (p.96),
« sur les cœurs plus encore que sur les esprits » (p.104).

« C'est trop beau pour être vrai », répond Ferry à la salle (p.111).
Redoutable interrogation, qui est celle de la révélation :
une vraie nouveauté… qui pourtant met à jour la vérité de même de l'être.
Puisant dans son expérience personnelle, Paul écrivait aux Corinthiens :
« Nous annonçons
ce que l'œil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au cœur de l'homme » (1Co 2,9).
C'est un peu ce que semblent avoir expérimenté les Romains devenus chrétiens ;
mais il resterait peut-être à préciser comment le « choc » de la rencontre avec l'Évangile vécu
a fait office de révélateur pour eux-mêmes.

Ce petit bouquin sera fructueux, à n'en pas douter,
pour ceux qui se demandent comment le message évangélique
peut aujourd'hui toucher un monde qui lui est devenu très étranger, voire hostile.
Le passé ne se répète jamais ; mais il peut éclairer le présent.
C'est même tout son intérêt.

Jacques Teissier

 

A la page suivante, les réactions de l'équipe ACF-Nimes à la lecture du livre...... .. Vers la page suivante

On trouvera ici une réflexion sur l'actualité de cette histoire ancienne ...... .. Vers la page suivante

 

 

 

Logo d'ACF Nimes
Arts - Cultures Foi de la délégation de Nimes
Site créé par NPousseur